fbpx
Déc 01, 2018

S’expatrier en Italie, ce qu’il vaut mieux savoir ! PARTIE 1

Ah, la dolce vita in Italia, tout ça, tout ça…

L’Italie c’est ce pays voisin, notre cousin transalpin, qu’on connait pour les vacances, la mer turquoise, des paysages incroyables, des villes à l’architecture sublimes, qui à chaque voyage vous laisser de magnifiques souvenirs. Mais si vous suivez nos aventures, vous avez déjà pu constater que vivre en Italie est quelque peu différent par rapport au séjour touristique. Et pour cause, ce pays pourtant voisin a une culture tout à lui et un mode de fonctionnement bien différent du nôtre. Alors, si vous prévoyez de venir vous installer en Italie, il y a quand même trucs à savoir

Un pour tous et chacun pour soi !

L’Italie est scindé en deux : le Nord et le Sud

What the f*ck? Ma che ca**o? C’est quoi ce b*rdel ?

De par son histoire, l’Italie est historiquement coupée en deux et l’unification du pays (il Risorgimento) ne date que de 1861. L’Italie n’a pas toujours été une. Et à vrai dire l’unification de l’Italie, tout comme Rome, ne s’est pas faite en un jour puisqu’elle a duré de longues années; débutée en 1815, elle s’est achevée en 1871. L’Italie n’a jamais vraiment été un seul et même royaume… Non, il y en avait plusieurs : le Royaume de Naples, le Royaume de Sardaigne, le Royaume de Sicile, le Royaume de Savoie, mon Royaume pour un cheval, le Château de ma mère, etc.

Et si vous ne le saviez pas, nos bons rois français n’étaient pas complètement étrangers dans ces royaumes. L’unification s’est fait pour certains royaumes dans la douleur et pour faire simple, le Sud a été annexé par le Nord pour créer le Royaume d’Italie. Bref, vous l’aurez compris, leur unification est très jeune surtout comparé à l’Histoire de France. Sur ce point là, ce sont encore des poussins, alors que nous sommes à l’état de coqs.

En réalité cette cassure entre le Nord et le Sud est restée et elle est encore très présente aujourd’hui. Cette histoire permet également d’expliquer pourquoi ils n’arrivent pas à se sentir chacun membre de la patrie italienne. Car oui, à parler avec eux, on se rend compte qu’ils se sentent avant tout attachés à leurs provinces et non à leur pays. Ils le disent d’ailleurs eux-mêmes qu’ils n’ont pas le sens de la patrie, qu’ils n’ont pas foi en leur pays comme peuvent l’avoir les français. (On parle de foi en leur pays, leur unité, non en leur État, en cette période de gilet jaune en France il est important de le préciser)

C’est vraiment trop injuste ! Et version italienne : è un’ingiustizia però!

La tour de Babel

D’ailleurs, vous le remarquerez très rapidement que l’Italie c’est un ensemble de petits pays car non seulement ils ont tous une identité très marquée avec des coutumes, des plats traditionnels mais surtout ils ont tous une langue bien à eux ! Et oui, chaque région a son dialecte et ça va bien au-delà de « oh peuchère », ils réussissent réellement à communiquer entre eux dans leur dialecte. Y compris les jeunes générations. Alors même si vous avez fait LV5 italien, vous aurez des difficultés à comprendre tous les accents mais c’est normal, non ils ne parlent en chinois, oui, vous vous y habituerez !

Comment voulez-vous gouverner un pays où il existe 258 variétés de fromages ?

Si notre cher Charles De Gaulle le disait pour la France, on n’est pas dans le pétrin avec l’Italie. D’ailleurs parlons pétrin parlons bien, pétrin il n’y a point. Sinon on trouverait du bon pain !

La gastronomie italienne du point de vue des italiens

Ne faisons pas de généralités, mais faisons-les quand même : les italiens pensent avoir la meilleure gastronomie au monde. Au monde, oui. Alors là, vous vous dites « ils sont culottés, c’est la France le pays de la gastronomie » et bien non seulement ils s’approprient la gastronomie mais en plus ils nous disent qu’en France on mange mal. Allons, ne perdons pas notre sang froid les amis… C’est vrai qu’au-delà des pâtes et des pizzas, ils font des plats très bons. Chaque région a ses spécialités et comme en France on y mange bien. Mais il faut aussi dire que pour eux en France, on ne mange « rien ». Oui ils ont été habitué à manger 8 plats par repas dont un plat de pâtes et un risotto, un tris de viande, un poisson entier… En réalité, il y a des bonnes choses dans les deux pays et les italiens ne sont pas en reste sur la cuisine. Le seul souci c’est leur besoin de se revendiquer les meilleurs face aux français en particulier. C’est d’ailleurs un souci courant dans pas mal de domaine. Oui c’est un peu le chaudron qui se moque de la marmite (mais nous on a la potion magique). Soyez donc préparés, car si vous voulez vivre en Italie, il vous faudra garder votre self control !

Les spécificités de la nourriture italienne

Ce que vous devez savoir également c’est que vous ne mangerez plus de beurre salé, ni croissants, ni de petits pains au chocolat (aiaiaia, et pourtant), ni de brioches, ni de pâtisseries trop bonnes. Ils vous feront croire au Saint Grââl dans leur Pasticeria… Mais c’est un piège. VADE RETROS SATATANAAAS ! Vous tomberez dans le piège forcément mais on vous aura prévenu. Bon à contrario, vous vous habituerez à d’autres spécialités italiennes que vous ne retrouverez plus en France… Adieu mozzarella di bufala, la burrataou encore les vraies pâtes au pesto. Préparez-vous psychologiquement à faire une cure de féculent. Ce n’est pas un mythe, ici on mange vraiment beaucoup, beaucoup de pâtes, pizza, focaccia… Mais il y a aussi une large gamme de produits sans gluten et autres dérivés. Sinon, on cherche encore le gruyère râpé au supermarché, bonjour la tendinite au poignet pour faire une quiche ! (SOS gruyère en détresse)
Kawa dans la moka
Une autre petite chose qu’on se doit de vous dire : le café est relativement fort, surtout s’il est fait dans une moka, c’est une petite cafetière au fonctionnement spécial qui chauffe sur les plaques au gaz. Ne remplissez pas un mug et n’en buvez pas 10 par jour… Auquel cas, vous risquez de sentir de légère palpitation dans tout votre corps et des crampes d’estomac.

Nous pourrions continuer des heures à écrire sur les choses à savoir avant de s’expatrier en Italie car après plus de deux années de vie ici, notre inspiration est sans limite. Voici d’ailleurs le deuxième article sur « s’expatrier en Italie, ce qu’il vaut mieux savoir » avec des aspects un peu plus techniques ! N’hésitez pas à partager avec nous vos expériences, qu’elles soient en Italie ou ailleurs. Positives comme négatives !

Ciccia&Cerva - Auteur

Vous aimerez aussi

Comments ( 3 )

  • Pingback:Il était une fois... Le travail en Italie | Ciccia&Cerva

  • Lucie B.

    Très chouette initiative que cette série d’articles sur l’expatriation en Italie 😉
    De mes séjours plus ou moins longs en Italie je confirme : les italiens s’approprient la gastronomie étrangère (à Naples la prof d’italien nous a montré une photo d’un éclair au chocolat en nous expliquant que c’était napolitain, c’est pour dire !) mais de mon côté, les italiens m’ont toujours dit qu’ils appréciaient la gastronomie française !
    Pour la consistance des repas et la quantité de féculents, je confirme aussi avoir eu cette expérience et je crois que le ‘pranzo della domenica’ est une des choses qui me faisait le plus angoisser lorsque j’y étais… j’avais l’impression à chaque fois qu’on essayait de me gaver, et on ne vous croit pas quand vous dites que vous n’avez plus faim, ce qui est un calvaire si comme moi, vous avez un petit appétit !

    • Ciccia&Cerva

      Ciao Lucie!
      Et oui comme pour tout, qui a voyagé sait apprécier la culture étrangère. Et on ne parle pas que de gastronomie française, chaque pays regorge de trésors mais il faut rendre à César ce qui appartient à César 😉 C’est le pompon pour l’éclair ahah !
      Et le dimanche il faut en effet y aller à jeun pour suivre le rythme de la farandole de plats! C’est un peu comme l’un des douze travaux dans Astérix et Obélix !

      Merci pour ton petit commentaire, on continue la série 🙂 L’Italie n’a pas encore révélé tous ses mystères!

Commenter l'article

Previous Next
Close
Test Caption
Test Description goes like this