fbpx
fleurs dans le centre de Turin
Avr 13, 2020

Le printemps 2020 à Turin

Les humains confinés, le printemps en liberté !

Street Art fleuri Turin

Nous sommes tous confinés depuis plusieurs semaines maintenant, depuis le 9 mars pour être tout à fait exactes et le printemps s’est tranquillement installé. Comme beaucoup, le printemps c’est LA saison que l’on adore observer, vivre, respirer. Si il y a bien une période de l’année que l’on aime en Italie c’est celle-ci. Enfin, les températures remontent, les arbres se parent de leurs plus belles couleurs et surtout, Turin et le Piémont nous régalent de leurs plus beaux paysages. Nous avions déjà consacré au printemps quelques articles sur le blog, oui mais voilà, cette saison nous inspire alors nous prenons la plume de plus belle. Et puis, cette année, vous l’aurez remarqué, tout est différent. Et pour cause, nous sommes frappés par une pandémie et la nature ne nous attend pas. Au contraire…

La nature s’éveille et nous sommes enfermés


Vegetation turin

Si ce n’est pas le coup du sort ça ! Pendant que la nature s’éveille, nous, humains, devons rester enfermés dans nos maisons et appartements. Nous hibernons avec une saison de décalage. Et tous les animaux qui se réapproprient l’espace urbain, leur espace que nous avons détruit au fil des ans, sembleraient presque nous narguer. Les dauphins dans les calanques de Marseille, les canards à Paris… (notre chat allongé sur le clavier d’ordinateur). Qui sait s’ils n’en viennent pas à vénérer le pangolin qui les a enfin libéré de cet espèce nuisible : l’Homme.

Et c’est terriblement triste de devoir assister au printemps depuis un appartement du centre ville… Par chance, nous avons vue sur des arbres. Le soleil et le vert nous apporte quotidiennement notre dose de bonne humeur. Mêlée rapidement à la nostalgie et la sensation de “rater quelque chose”.

Tri sélectif et brèves balades florales


printemps confiné à Turin

D’habitude, nos poubelles “tri sélectif” s’entassent dans l’appartement. N’allez pas vous imaginer que nous vivons dans une porcherie, non, il s’agit seulement d’un syndrome bien connu qui s’appelle “la flemme”. Parce que non, les conteneurs ne sont pas sur le pas de notre porte, mais à 400 mètres de la maison. C’est hyper loin n’est-ce pas… Mais depuis que nous sommes confinées, c’est devenu la seule activité autorisée qui nous permette de “suivre” la floraison des tulipes et des magnolias (une fois par semaine). Pendant des années, nous nous sommes indignées car nous n’avions pas de poubelles de tri commun dans notre immeuble et c’est finalement grâce à cela que nous pouvons goûter à l’air frais turinois une fois par semaine. Ça semble presque incroyable.

Nous vous rassurons, nous faisons aussi les courses, mais une personne, en semaine et en général, sur la pause repas en espérant ne pas attendre plus d’une heure à l’entrée du Carrefour Market. Le week-end, les courses sont proscrites, trop de “monde”, trop de policiers, trop anxiogène.

Nos spots fleuris à Turin


Parce qu’on est sympas, on va partager avec vous nos deux endroits fleuris du moment !
Les tulipes dans le Quadrilatero romano

Tout d’abord, chaque année, place Emanuele Filiberto, ils plantent des tulipes dans un petit jardin au milieu de la place/route. Dès avril, elles sont en fleurs pour notre plus grand bonheur ! C’est un rituel de suivre la floraison des tulipes dans ce quartier que l’on aime tant et ça fait du bien au moral de voir que la vie continue.
[On vous partage quelques photos de ce petit jardin de tulipes, certaines photos sont évidemment non contractuelles.]

Les magnolias Piazza Statuto sont toujours là
Piazza Statuto porte des enfers

Et Piazza Statuto, qui accueille une incroyable fontaine qui serait la porte des enfers, là, au milieux d’une route d’habitude encombrée entre les voitures, les vélos, les piétons, les trams et les taxis, quelques magnolias. Pas tous en très grande forme. Et on les comprend, enracinés dans du béton au milieu de la pollution, il y a de quoi faire grise mine. Mais sans tout ce brouhaha, on respire sous les magnifiques pétales roses. Pas trop longtemps, la police arrive déjà pour nous chasser. Deux minutes de grand air, d’espace, de beauté et on repart en sautillant vers notre appartement. Mais le masque bien vissé sur notre visage !
[Là aussi, quelques photos de plusieurs printemps différents 😉]

Un balcon non fleuri


Azalée sur le balcon

Coincée dans cette épidémie depuis fin février, nous n’avions pas anticipé. Nous avons donc des jardinières sur le balcon, sans terreau ni semences. Par chance, lors d’une escapade poubelles-magnolias, nous avons croisé un petit marchand de fleurs. Un dimanche sur le Corso Palestro à l’angle avec Via Garibaldi, pour ceux dans le quartier que ça pourrait intéresser. C’est donc un jour heureux puisque nous faisons l’acquisition d’une nouvelle recrue à la maison : Confinement. Un Azalée que l’on va chouchouter. Une petite mission qui nous met du baume au cœur, qui nous fait vivre le printemps malgré tout. D’ailleurs, comme on en est plutôt fières, on vous montre son joli petit minois !

Des plans de printemps tombés à l’eau


Vue sur les Langhe Piemont

Mais le printemps c’est aussi tout un tas de petits weekend prévus ici et là. Dès le mois de mars, escapade en Ligurie pour voir la mer pour la première fois en 2020, vadrouille dans les Langhe, le Monferrato, le Canavese, ce début d’année était placé sous le signe de la découverte en profondeur de notre région adoptive. Puis, tout début mai, nous allions passer un long week-end en Sicile, aux îles Eoliennes… Ce n’est que partie remise, espérons.
Ce qui est le plus difficile, c’est d’avoir manqué les événements familiaux de ce début d’année. Anniversaires, naissances, de beaux moments en famille qui n’ont pas eu lieu. On ne sait pas non plus quand on la reverra. Et aussi de nombreux événements annulés à Turin, événements qui promettaient de jolies découvertes et rencontres.


C’est triste, déstabilisant, angoissant, énervant… Oui mais voilà, nous avons trop tiré sur la corde. Qui plus, qui moins (oui cette tournure est directement prise de l’italien et traduite telle quelle). Puisque le printemps suit son cours et que la nature ne semble se porter que mieux depuis que nous sommes barricadés dans nos demeures, il est désormais tout à fait clair que nous sommes la source de nombreux problèmes sur cette planète. De cette constatation, nous n’avons aucune idée de ce qui se passera dans le fameux “nouveau monde” mais c’est le moment d’y penser et de le repenser en profondeur. Et n’oubliez pas qu’en attendant, le mieux que nous puissions faire pour sauver nos proches (et nous-mêmes) est de rester sagement à la maison, admirer le printemps par la fenêtre ou au détour d’une sortie poubelle. On vous laisse avec un peu de douceur des printemps derniers dans le Piémont en photos et bon confinement !

Ciccia&Cerva - Auteur

Vous aimerez aussi

Comment ( 1 )

  • Anaïs

    Ohlala que de photos incroyables 😍 avec des paysages pareilles, je crois que je me porterai volontaire pour gérer les poubelles de tout mon immeuble 😁 et votre azalée est vraiment magnifique !
    Merci pour cette balade en photos 😊

Commenter l'article

Previous Next
Close
Test Caption
Test Description goes like this