fbpx
les plats francais et italiens expliqués
Juin 22, 2020

Plats français et italiens : abats les clichés

L’éternelle bataille culinaire France-Italie

Plutôt coq au vin ou salade césar ?
©Ciccia&Cerva

C’est une bataille culinaire, la guerre du “ici c’est meilleur”, à grand coup de chauvinisme. La gastronomie comme identité d’une ville, d’une région, d’un pays. Assis autour d’une table, c’est une véritable croisade pour les italiens et les français. Qui des deux peuples a les meilleures recettes ? Les italiens sont persuadés qu’en France on ne mange qu’une vulgaire omelette ou de simples croques monsieur, résumés par morceau de jambon grossièrement coupé et entreposé entre deux tranches de “pain carré”. Les français eux, fières de leurs plats en sauce impossibles à trouver aux menus des restaurants, pensent au contraire qu’en Italie, on ne se nourrit exclusivement de pizza-mozzarella. Mais alors, qui aura le fin mot de l’histoire ? César et sa salade ou notre Coq dans son vin ? Certainement aucun ! Français comme italiens aiment trop défendre avec ferveur leur patrimoine culinaire, pour le plus grand bonheur de nos papilles. Sonnez le clairon ! A table les amis !

C’est pour défendre ces deux patries que cet article est né… Nous nous lançons donc dans la description culinaire des plats français et des mets italiens !

A un article sur le thème de la cuisine, il fallait bien un menu :
Plats français, les recettes de chez mamie
Les plats mijotés
Le règne de la pomme de terre
Pâtisseries et viennoiseries
Plats italiens, recettes de la nonna
Ça mijote
Spaghetti al dente
Glace à l’italienne

Plats français, les recettes de chez mamie


Pour décrire nos plats traditionnels, quoi de mieux que de parler des plats du dimanche concoctés avec amour par mamie, fleurons jalousement cachés de la gastronomie françaises ?

Les plats mijotés

Commençons par déguster notre emblème national après l’avoir fait cuire à feu doux dans du vin rouge, nous avons nommé le coq au vin ! Misez sur du Bourgogne pour un coq joyeux. Restons dans la basse cour et enchaînons avec la douce poule au pot, mijotée elle en potée, c’est à dire avec bouillon et légumes. On va s’arrêter ici pour la famille des volatiles et laisser les poussins en paix. Bien que le coquelet ne soit pas mauvais non plus. 

Il suffit en fait d’une bonne potée, bouillon de légumes cuisant à feu doux dans un pot en terre, d’y ajouter une viande, de laisser mijoter le tout et le tour est joué pour obtenir un classique de la cuisine française. Cela nous donne alors le pot au feu, le bœuf bourguignon… Chaque région utilisant ensuite ses spécialités locales, parfois passées au four et présentées sous forme de bouchée à la reine, en tourte… A qui le choux, à qui les haricots et on obtient alors le cassoulet ou encore la choucroute. La longueur de cuisson (ou de fermentation pour le chou) est quant à elle le secret des plats de mamie. « Patience et longueur de temps » comme on dit.

Petit clin d’œil à notre région adoptive, un des fameux plats en sauce français se nomme le veau marengo. Recette élaborée pour célébrer la victoire d’une bataille de Napoléon contre les autrichiens, à Marengo, dans le Piémont. Une sauce élaborée à partir de… Ce que le cuisinier avait pu trouver sur place et de veau. 

Cuisine angevine
Cliquez pour découvrir la recette !
© site internet www.lepanyol.com

De notre côté, le dimanche midi ou dimanche soir nous dégustions dans notre plus tendre enfance : le fameux jambon de Vendée mogettes, servis sur tartines grillées (les vendéens!) ou encore la fouée angevine, sorte de petit pain fourré aux rillettes. Gourmand Croquant !

En France la Pomme de terre est reine, ode à la patate

Mignonne allons voir si la patate
Qui ce matin s’éclate

En frites, en purée, grenailles, poêlées, sautées, au four, farcies, en gratin, soufflées, en croquettes, en chips, en papillotes… La pomme de terre se décline sous toutes les formes et se prépare à toutes les sauces. Même en vapeur, sous sa forme la plus brute et simplement servie avec une noisette de beurre (salé), la patate est sublime. La pomme de terre côtoie les plus grands chefs et passe par tous les titres de noblesse : Duchesse, Dauphine; la Belle de Fontenay se targue même du titre de Miss France (ah on nous dit dans l’oreillette qu’il pourrait y avoir confusion). C’est bien simple en France on ne lésine pas sur la patate.

Tous les matins il achetait son p’tit pain au chocolat

La boulangerie ne distribue pas que la baguette, non, en France on aime commencer la journée avec un croissant pur beurre, un pain au raisin ou un pain au chocolat. Et parce que nous sommes tous de grands enfants, on fera le goûter de 4h avec la brioche, les petits pains au lait ou la baguette viennoise aux pépites de chocolat.
Mais si il y a bien une chose dont nous sommes fiers, ce sont les pâtisseries. S’en suit alors une farandole de doux noms, parfois étranges mais désormais connus de tous : millefeuille, éclair, religieuse, gland, paris-brest, tartelette citron meringuée, fraisier, st-honoré, profiteroles, flan pâtissier.

Plats italiens, recettes de la nonna


De l’autre côté des Alpes, la nonna (mamie italienne) n’est pas en reste et mijote elle aussi pour enfants et petits-enfants des plats qui feraient pâlir d’envie n’importe quelles papilles. Ici les produits du terroir sont les rois et chaque région rivalise de créativité pour les sublimer.

Ça mijote aussi outre Alpes

Commençons par un chef d’œuvre du jardin : La Parmigiana, un gratin aux légumes du soleil, aubergines et tomates (ajoutez aussi du fromage sinon ce ne serait pas un gratin), ce plat est un des plats favoris en Italie. Mais… C’est tout ? Nous direz-vous dubitatifs. “La simplicité est la sophistication suprême” vous répondra alors le génie italien Léonard de Vinci. La tomate, grande protagoniste de la cuisine italienne, pomme d’or en italien. Serait-ce lui le fruit défendu ? En Italien c’est bien simple, tout ce qui sera mijoté dans une sauce tomates maison sera digne d’un plat de la nonna. Les polpette en sont l’illustration parfaite. Boulettes de viandes et de pain dont les recettes sont transmises de génération en génération. Dans la lancée des plats avec tomates, vous connaissez également l’Ossobuco ? Littéralement “os troué”, on comprend pourquoi on ne l’a pas traduit, pas super glamour. Mais qu’importe le nom, il s’agit en fait d’une rouelle de jarret de veau mijoté avec vin blanc et tomates. 

Le grand oublié de cet article c’est le poisson, l’Italie ne manque pourtant pas de matière première avec plus de 80% de son territoire baigné par une mer. Parmi les plats de la mer, le Baccalà se pavane tel un prince et détrônerait presque le poulpe, seigneur des salades. Selon la région, il s’agira de morue, stockfisch… Oui c’est un poisson nordique qui règne sur les tables italienne. 

Retour au potager avec le potiron, en Lombardie, dans la province de Mantoue le potiron est devenu la base de l’alimentation. On le retrouve même dans les risotto et les pâtes avec les fameux Tortelli di zucca. En parlant de pâtes…

Buongiorno Italia, gli spaghetti al dente…

En Italie, les pâtes ne font qu’une. La pasta est singulière et féminine. Sa cuisson est quant à elle élevée au niveau de l’art. Nous sommes bien loin de nos « coquillettes carbo » françaises. La pasta est LA muse qui, chaque jour, inspire les italiens. Chaque province aura d’ailleurs sa recette de pasta ripiena, pâtes farcies type ravioli. Il y a sans doute autant, voire plus, de recettes de pâtes que de recettes avec les patates chez nous. Agnolotti, Spaghetti, Tagliatelle (on ne prononce pas le G, merci), Penne, Farfalle, Fusilli, Conchiglie, Trofie… S’en suivent les centaines de formes différentes. Un jour, un ami nous a dit que les italiens faisaient de l’origami avec les pâtes. L’image est plutôt drôle et nous est restée.

Fresca, dura, rigata, lisca, ripiena… Pâtes sèches, fraîches, de blé dur ou aux œufs, courtes, longues, en tube, coudées, à chaque type de pâtes sa sauce et vice et versa. Elles se déclinent du simple Burro Salvia “beurre sauge”, à la carbonara, en passant par la sauce ragù, ou encore Cacio e pepe. Passées au four vous obtiendrez alors un merveilleux gratin ou encore des lasagnes. On ose même les associer aux coquillages et crustacés.

Aurions-nous oublié de citer LA recette? Le pesto, ce vert inégalable du basilic genovese qui fera fondre nos petits cœurs à tout jamais.

Glace oh oh oh  je t’aime à l’Italienne

Il gelato, tout simplement incomparable à ce que nous pourrions trouver en France. Oubliez ce cornet torsadé bicolore fraise vanille sortie de la machine, si fade et pas franchement mémorable. Que dire des vraies glaces à l’italienne ? Songez à même la plus farfelue des saveurs, vous pourrez la retrouver en Italie, cent fois plus onctueuse et crémeuse que vous ne pouvez l’imaginer. Non elle ne sera pas torsadée, ni même présentée sous forme de boules. Une technique de service bien particulière. En bouche, une véritable explosions de saveur : pistache, noisette,  straciatella… Et ne parlons pas des sorbets ou granite, gorgés de soleil italien. Qu’il vente, qu’il neige, qu’il pleuve, la glace se déguste en toute saison en Italie.

On vous laisse sur votre faim ? 
Veni vidi vici
©Ciccia&Cerva

Nous avons volontairement laissé de côté vins et fromages, fiertés des deux nations, purement et simplement incomparables (mais terriblement délicieuses). En résumé, des deux côtés des Alpes, on aime s’adonner à la cuisine et chouchouter nos papilles. Nous mettons tant d’énergie à nous combattre, imaginez si nous collaborions, le monde tremblerait par Bacchus ! Et si l’envie vous prend de savoir ce que pensent les italiens de la cuisine française, venez lire notre article sur le grande débat dans la cuisine ! Attention cet article peut heurter votre sensibilité 😉 Si vous aspirez à moins d’énervement, découvrez la gastronomie piémontaise ou les vins du Piémont !

Ciccia&Cerva - Auteur

Amélie & Laura, deux françaises à Turin depuis 2016 !

Vous aimerez aussi

Comment ( 1 )

  • Coralie

    Un régal cet article les filles ! Mais moi, je donne l’avantage à l’Italie. Je déteste les plats en sauce. Petite, il fallait me forcer pour me faire manger des frites. Et ne parlons pas de tout ce qui est foie gras, magret et co. Je sauve les fruits de mer, les fromages et les pâtisseries.
    Et ça se voit dans ma cuisine. Je cuisine principalement italien.

Commenter l'article

Previous Next
Close
Test Caption
Test Description goes like this