fbpx
Nov 15, 2018

Séjour en Val d’Aoste, nos découvertes !

Passer trois jours à Aoste. Cool altitude.

Pour le pont du 1er novembre, on a décidé d’aller dans la Vallée, Oh oh d’Aosta lalilala, Dans la Vallée Oh Oh (c’est toujours un plaisir de vous rappeler les classiques de la variété française). Nous sommes alors parties à la visite de la ville d’Aoste et ses alentours.

Cap sur le Parco del Gran Paradiso, on nous promet le paradis, déjà nous on dit OUI ! On part plus que déterminées à la rencontre des chamois, des cerfs, des marmottes (qui mettent le chocolat dans le papier alu) bref on part à la découverte de la faune des Alpes avant qu’elle ne décide d’hiberner ! Mais le neige fût plus rapide que nous, car oui, nous avions oublié de prendre en considération une variable (on ne va pas parler de maths ne vous inquiétez pas): à la montagne, début novembre et bien oui il y a risque de neige ! Bien qu’en avance cette année, la neige a déjà débarqué dans la sublime vallée d’Aoste ! Évidemment pas assez pour pouvoir aller skier, mais suffisamment pour rendre les chemins de randonnée impraticables.

Mais alors que faire ?

Outre rester sous le plaid à boire un chocolat chaud ? Qu’à cela ne tienne, on ne s’est pas dégonflées, on a sorti nos petites baskets (fluo), nos bonnets, nos gants et à l’aventure ! Qu’est-ce qu’elles ont bien pu trafiquer par ce temps ?

La Vallée d’Aoste et son terroir !

C’est bien simple, nous avons découvert le terroir de la Vallée d’Aoste. Non pas seulement son jambon malheureux ! D’ailleurs, pour la petite histoire, sachez qu’ils ne connaissent pas ce fameux jambon que nous nommons affectueusement jambon d’Aoste. En Val d’Aoste vous trouverez du Jambon de Bosses. Aoste c’est une marque de jambons produits en Isère qui a joué sur la confusion. Vous vous sentez floués ? Nous aussi.

Revenons à nos moutons, qui sont nombreux dans la vallée. Outre le jambon, le fromage, la polenta concia et saucisses nous ont réchauffé le cœur et l’estomac ! Nous nous sommes dégoté un petit logement via le site Airbnb, avec une très belle vue sur les montagnes (pas très compliqué jusque-là) et avec le doux réveil des cloches de vaches du pâturage d’en face. Repos garanti ! Même Lizzie (le chat) nous a accompagné pour ce petit séjour. De voir ces grosses bébêtes de si près ça l’a rendu un peu “fofolle” mais elle semble avoir apprécié l‘air frais de la montagne. Il faut dire qu’elles ne semblaient pas commodes ces vaches là, elles se sont livrées à une guerre de clan digne d’un film de torero. Et après on craint les taureaux…

La région Val d’Aoste, explications !

TABARNAK Céline Dion aurait pu être Valdôtaine là.

Une fois installée, nous partîmes à la découverte d’Aoste, le chef-lieu de la région Val d’Aoste. La première information importante c’est que la région est depuis 1948, une région bilingue italien-français. A partir du XIII siècle, le français remplace le latin puis à partir de 1860, la langue italienne reprend sa place. A cette époque, la Vallée d’Aoste, était la seule région francophone d’Italie (un Québec bis en somme!). La région compte 120.000 habitants, oui dans la région tout entière. La ville c’est à peu près 35000 habitants. Une superficie de 3 263,25 km2, la région la moins peuplée d’Italie, et aussi la moins dense, avec une densité démographique de 39 hab./km2. C’est aussi la seule région d’Italie où il n’y a pas de provinces. Des vaches, des moutons, des vignes, des champs. Autant dire que mis à part les montagnes, Laura se sent comme une vache dans son pâturage. Enfin, ça manque d’horizon tout ça, les Pays de la Loire sont tout de même bien plus plats. Pas la même altitude non plus d’ailleurs.

Visiter la ville d’Aoste, la jolie découverte !

Nous parcourûmes les petites rues d’Aoste, sous un temps gris mais qui ne gâche rien à son charme. Autant vous dire que la ville n’est pas très grande et s’articule autour d’une énorme place principale qui se nomme Piazza Emile Chanoux. Concrètement il y a une longue rue de part et d’autre de cette place avec de nombreux magasins, bars, restaurants et autres… Comme à l’accoutumé en Italie, il y a la fameuse grande place au coeur de la ville. La pause goûter oblige, nous avons découvert le bar/glacier Gelaty où nous avons bu una “cioccolata calda con panna”, un chocolat viennois des montagnes on va dire, et nous avons mangé un meringue glacée et un “semi-freddo” (un demi-froid, non on rigole, en français ça s’appelle un parfait). Un joli petit endroit pour faire une pause donc !

Et parce que les images valent plus que des mots (oui dans ce cas précis, ce sont des images!), voici quelques photos du centre-ville d’Aoste :

Cogne, aux Portes du Parc National Grand Paradis

C’est parti pour la vadrouille parmi les vallées, les vignes, les petits château, puis on décide de filer à Cogne. On nous a dit qu’il y avait de la neige mais nous, telle deux Saints Thomas, nous ne croyons que ce que nous voyons. Et la neige et bien nous l’avons vu… Et quel bonheur de voir les monts enneigés mélangés aux couleurs de l’automne. Un régal pour les yeux et malgré les 2 degrés ambiants, nous décidons de nous rendre directement à Lillaz où, parait-il, il y a de jolies cascades. Dont la Cascade de Lillaz, très connue. Nous avons commencé notre marche vers la cascade mais il fallut se résigner, car nos basket Décathlon ne faisaient pas le poids face au sentier enneigé…

Outre le froid, nous glissions et il n’était donc pas raisonnable de continuer l’ascension. On aura quand même vu la première cascade du sentier et un joli panorama de la montagne. Nous sommes redescendu à Cogne, une bourgade très mignonne où les Alpini (l’armée militaire italienne spécialisée dans le combat en zone montagneuse, c’est à dire un mix entre Robin des Bois et Peter Pan des montagnes) servaient du vin chaud (du vin brulèèè en italien) et des marrons grillés, accompagné de son orchestre !

Puis, direction un petit bar pour boire un chocolat viennois… On s’installe à la terrasse du bar/pizzeria Licone, qui est chauffée et où l’on a des petits plaids à disposition pour se réchauffer. Et il est franchement le bienvenu car il ne fait pas chaud là-haut.

Point transport

Nous, nous avons tout fait en voiture, mais des bus partent de Aoste fréquemment pour rejoindre Cogne, Lillaz et les autres bourgades du Parco Gran Paradiso !

Nous redescendons de la montagne (à cheval), et il faut savoir que notre truc, quand on va dans une nouvelle ville, c’est de parler aux locaux ! On finit toujours par tomber sur de valeureux autochtones prêts à nous conter les légendes de la ville en parcourant les rues by night. Prenez, un bar, partagez quelques boissons et c’est parti ! Aoste est pleine de vestiges romains, c’est incroyable. Mais avant cela, nous sommes allées manger au restaurant l’Osteria, endroit chaleureux où nous avons mangé les plats typiques de la Vallée d’Aoste. Ce restaurant figurait parmi ceux que nous avions repéré la veille en faisant notre petit tour et si vous êtes dans le coin, nous vous le conseillons. Nous avons poursuivi la soirée dans un pub où se déroulait un concert de music live, et le reste de la soirée restera privée 😉 #mysterious

Sortir dans la ville d'aoste

« Goûtons voir oui oui oui Goûtons voir non non non Goûtons voir si le vin est bon »

Que faire autour de la ville d’Aoste ?

Si nous ne pouvons pas marcher dans la neige, nous irons boire du vin !

La Vallée d’Aoste est aussi une région viticole et c’est tout naturellement que nous avons intégré la visite d’une cave à notre plan B (le plan grand froid). Pendant ces quatre jours, nous avons été surprises de voir les vignes perchées en hauteur, à 900m d’altitude tout de même, il nous fallait donc en savoir plus ! Et si l’on peut se demander si c’est bien raisonnable de cultiver du vin à cette altitude… La réponse est OUI ! On approuve ! Même le Gewürztraminer s’y retrouve, avec une petite note minérale en plus. Le Fumin, le Syrah, le Muscat, la Petite Arvine et le Pinot Gris. Nous voici donc arrivées à la cave Lo Triolet, dans la commune de Introd, il est 15h et de nombreux verres de vins nous attendent…

Ce n’était qu’une simple dégustation mais Marco Martin nous a transmis sa passion un peu plus à chaque verre. Son histoire est même inspirante. Technicien en viticulture auprès du Conseil Régionale, il décide du haut de ses 25 ans de passer à temps partiel et de consacrer une partie de son temps à la plantation de vignes et tente l’expérience avec le Pinot Gris. Petit à petit, il a ainsi construit sa réputation et en est aujourd’hui à son 3ème prix 3 bicchieri sur le cépage Pinot Gris. La cave Lo Triolet, depuis plusieurs années, possède une certaine renommée, au delà-même de l’océan Atlantique, puisqu’il figure dans de nombreux ouvrages spécialisés sur le vin (oui les noms nous échappent, encore un sale coup de la petite mémoire d’Amélie). Nous qui pensions qu’être viticulteur se passait de père en fils génération après génération, et bien nous nous étions trompées. C’est une réelle histoire de courage, de détermination et de savoir-faire appris au fil des ans. Depuis quelques années, ils ont ouvert des chambres d’hôtes, six au total, si cela vous intéresse pour un séjour en Vallée d’Aoste, retrouvez toutes les informations sur le site internet http://lotriolet.it/it/lo-triolet/

On continue notre route en prenant de la hauteur, car ce qui est beau dans cette région, c’est de voir la vue d’en haut. Vue panoramique sur la vallée, sur les vignes, avec les couleurs de l’automne c’est tout simplement somptueux ! Le seul bémol c’est qu’à cette période, de nombreux châteaux étaient fermés. Nous redescendîmes pour une fois de plus aller prendre le goûter. Oui, vous l’aurez sûrement compris, nous avons bien profiter des produits du terroir que nous a offert la Vallée d’Aoste. Direction le Cafè Palais Ansermin, un très joli bar avec une mezzanine. Un endroit vraiment chaleureux où l’on peut prendre aussi bien le goûter avec chocolat chaud, café, cappuccino ou encore thé mais également l’aperitivo avec plus d’une vingtaine de recettes de Spritz différents et bien d’autres cocktails évidemment. Plein de petits trucs à grignoter, on approuve !

POLENTA MAMMA MIA!

Point gastronomie, les spécialités de Vallée d’Aoste :

  • Polenta concia alla Valdostana
  • Le fromage, du fromage comme s’il en pleuvait !
  • Fontina Dop, la tomme de Gressoney, le Bleu d’Aoste et le Seras
  • la charcuterie, lardo di Arnad DOP, le Jambon de Bosses
  • le miel, les pommes, les châtaignes,
  • les plantes officinales et le typique génépi

Visiter le chateau de Fenis

…Ultime jour du week end, le tant redouté DIMANCHE !

Et ce dimanche là, il pleuvait. Comme on dit à Turin “managgia”, on ne se démotive pas et on file au château de Fenis. Ce château se situe sur la route entre Turin et Aoste, et pile ce jour-là, il y avait une fête “Castello in fiera”… Et nous on aime les fêtes de châteaux, les fêtes de bourgades, tout ça. C’est l’influence Laura de la campagne ça ! Et puis, ce jour-là, nous nous baladions avec un partenaire très particulier. Lizzie, notre chat, sur le dos, à la découverte du château… Et ça réveille en nous des envies de conquêtes #guerresdevendée

Histoire du chateau de Fenis

Puisque l’on parle d’histoire, sachez que le château de Fenis est l’un des plus connu de la Vallée d’Aoste. Il n’existe aucun document certifié sur la date de construction de ce château, son histoire débute en 1242 lorsqu’il est propriété des Challant, les vicomtes d’Aoste. Etant donné que c’était la fête, nous n’avons pas pu le visiter entièrement et surtout accompagné d’un chat, c’était quelque peu compliqué… Même si la brave bête, habituée des voyages, est un amour lorsque nous l’amener en vadrouille.

Voici donc une sélection photo de notre journée sur les lieux :

Il faut savoir que la Vallée d’Aoste recense beaucoup de châteaux, beaucoup, qui autrefois était une arme de défense. Aujourd’hui, ils forment la richesse de la région. Il y en a tellement, qu’il nous était impossible de tous les visiter, et d’autant plus qu’à cette saison, bon nombre d’entre eux sont fermés. Alors il nous faudra revenir et parmi les châteaux Valdôtains que nous avons pu apercevoir et que nous aimerions visiter, il y a : Le château de Aymaville, château de Baraing, le Ford de Bard (et non pas le Ford Boyard) qui est à une petite heure de Turin en voiture, château de Graines, château de Saint-Pierre, château de Savoie, et bien d’autres encore.

En résumé, nous sommes parties en Vallée d’Aoste, pour conquérir les sommets et voir des lacs dans le creux des montagnes. Mais au final, on a surtout vu des châteaux et des vignes. Des paysages magnifiques avec une palette de couleurs automnales qui mettent du baume au cœur en cette période. Ce fut réellement une belle découverte et puisque l’on n’a pas pu se promener dans les montagnes, cela nous donne une bonne raison de revenir au printemps !

En tout cas, si vous cherchez à passer un agréable séjour au grand air, nous vous conseillons la Vallée d’Aoste. Les gens sont fort sympathiques et vivant dans une région bilingue, ils sont très contents de pouvoir parler français avec les francophones. Attention, les italiens aiment aussi lorsque les français font des efforts pour parler en italien… Vous gagnerez des points de sympathie si vous essayez de baragouiner quelque chose dans leur langue, même si en réalité, vous ne savez dire que Ciao, poltrone sofa e pesto Panzani !

Voici les bonnes adresses que l’on a recensé pendant ce séjour :

Laura s’est essayé à la réalisation de vidéos, voici un bref résumé en images de notre séjour en Vallée d’Aoste 🙂

Plus d’informations sur le Prix 3 bicchieri organisé par Gambero Rosso : http://www.gamberorosso.it/it/vini/tag/Tre%20Bicchieri%202019

Ciccia&Cerva - Auteur

Vous aimerez aussi

Commenter l'article

Previous Next
Close
Test Caption
Test Description goes like this