fbpx
palazzo Carignano
Fév 14, 2020

Vie en Italie, ce petit rien qui nous met en joie.

La Joie. Allegria

le printemps a Turin

Ce mois-ci, le thème des Histoires Expatriées est : la joie. Qui a bien pu lancer un tel sujet philosophique ? Nous avons le plaisir de vous l’annoncer, c’est bien nous ! Nous sommes les marraines de ce rendez-vous de février créé par Lucie, autrice du blog www.occhiodilucie.com. Après un tel choix, il nous fallut donc réfléchir… Qu’est-ce qui fait vibrer nos petits cœurs dans notre pays d’adoption, à savoir l’Italie ? Qu’est-ce qui nous procure ce petit sentiment de bien être à Turin ? Ça semblerait presque banal (et écrire sur des choses banales, ne nous fait pas peur) mais, l’une des choses au quotidien qui nous fait rester de bonne humeur c’est le soleil. Et là, vous vous dites « ah ouai c’est clair c’est hyper banal ! ». Vous étiez prévenu, mais évidemment l’article ne s’arrête pas là, on va donc vous expliquer pourquoi ! Focus sur Turin, notre ville d’adoption, car, vous vous en doutez, l’ensoleillement n’est pas le même qu’à Rome !

Le soleil c’est bon pour le moral


Villa Regina et sa vue sur les Alpes

Vous l’aurez compris, le soleil est l’élément qui nous accompagne presque au quotidien. Rare sont les jours de pluie. Et, on ne va pas se mentir, quand le soleil est là, le moral est plutôt au beau fixe. C’est un constat que nous avons fait et nous avons d’ailleurs beaucoup de difficultés à supporter les jours de grisailles qui se suivent et se ressemblent lorsque nous rentrons dans les Pays de la Loire pour les fêtes de fins d’année. Donc oui, le soleil joue sur notre moral et fait partie des éléments positifs de notre expatriation. Ça semble peut-être rien, mais voir le ciel bleu en plein mois de janvier nous permet de garder le sourire. On entend pourtant que toutes les grandes villes du nord sont plongées tout l’hiver dans le brouillard, la fameuse vallée du Pô. Ce n’est pas complètement faux, mais par chance, la ville de Turin, est épargnée. Le brouillard est parfois présent, mais surtout en extérieur de la ville, dans les campagnes. Et ici, nous ne sommes quand même pas au niveau des villes comme Parme ou Milan.

Décalage horaire


lever de soleil sur turin
Vue depuis notre fenêtre

Turin est beaucoup plus à l’est que notre région d’origine. Et qui dit à l’est, dit coucher du soleil plus tôt. En effet, nous avons une réelle différence avec le Maine et Loire et la Vendée. Il ne fallut pas longtemps pour s’en rendre compte. Exemple flagrant : début juillet, une photo envoyée à 22h15 par nos amis en Pays de la Loire, il fait jour. Grand jour. Nous sommes nous-mêmes assises sur notre balcon à Turin… Et il fait noir. Et ça, c’est moins la joie, pour être sincères. Aux solstices, nous avons quasiment une heure de décalage entre Turin et le Nord Ouest de la France. Alors, vous vous doutez bien que cela a également un impact le matin. Le soleil pointe son nez plus tôt et la grande différence se fait sentir l’hiver. Nous ne partons jamais au travail de nuit. Nous partons à 8h du matin et il fait déjà jour. Et ça, croyez-nous, cela fait partie des petites joies de la vie hivernale. Surtout quand on est à vélo !

Le soleil et les petits plaisirs du quotidien


lever de soleil monte dei cappuccini turin

Maintenant que nous avons posé les bases, nous allons vous raconter LA joie. Il y en a plusieurs, mais toutes reliées au soleil et aux montagnes. Il y a d’une part le lever du soleil, la danse des couleurs depuis notre fenêtre pendant que l’on boit notre café à 7h30. Monter dans sa voiture ou sur son vélo et voir les montagnes blanches entrer dans la ville. Le reflet du soleil qui brille dans le rétro-viseur et la lumière rosée qui se lève sur les monts enneigés. Cela atténue le calvaire de la conduite dans Turin. On tourne la tête à gauche, pas trop longtemps (sinon accident) et on voit le Monviso baigné de lumière. Quel merveille.

nuage colore au dessus de turin

Et il nous accompagne tout au long de la journée. Jusqu’au moment où vient l’heure de nous quitter. Et là, chers amis, c’est un véritable spectacle. Il s’en va doucement se cacher derrière la chaîne des Alpes. Il disparaît derrières les massifs et à chaque saison, des couleurs différentes. Tantôt rouge flamboyant, tantôt jaune vif, les nuages se colorent de nuances violettes. Depuis des années, les couchers de soleil nous remplissent de joie, nous procurent cette incroyable sensation de liberté, d’apaisement, de bien-être. Seules face au panorama incroyable que la nature nous offre. Vivre à Turin, c’est vivre ces sensations, presque quotidiennement et tout particulièrement l’hiver, quand il est facile de tomber dans la dépression, loin de nos proches. De décembre à janvier, nous assistons à nos plus beaux couchers de soleil, à nos plus belles émotions.

Pour ne pas vous laisser sur votre faim, voici quelques clichés de plusieurs couchers de soleil sur Turin :

Y’a d’la joie bonjour, bonjour les hirondelles
Y’a d’la joie dans le ciel par dessus les toits
Y’a d’la joie et du soleil dans les ruelles
Y’a d’la joie partout, y’a d’la joie”

Charles Trenet (et non pas une célèbre marque d’eau pétillante)

Redescendons de notre petit nuage et parlons un instant de la face cachée de cette joie turinoise…

Joie, le revers de la médaille. La pollution


coucher soleil turin hiver

Turin étant enclavée entre les chaîne des Alpes, du Nord à l’Ouest et la vallée du Pô, il y a très peu de vent. Il n’y a pas non pas beaucoup de précipitations durant de longues périodes. Notamment l’hiver et l’été. Nous nous retrouvons donc dans une atmosphère affreusement polluée et, lorsque cela arrive, nous invoquons tous le dieux de la pluie, de nous aider. Après la danse de la joie, nous entamons alors la danse de la pluie. Petit remake d’un indien dans la ville. En janvier 2020, nous avons encore atteint un nouveau pic de pollution, les particules dans l’air relâchent une odeur de brûlé et se déposent sur les voitures, les immeubles, les fenêtres. Et là, c’est carrément moins la joie. Oui le soleil est au rendez-vous, sauf que l’odeur de brûlé et la poussière se répandent sur Turin et pourtant, on pourrait croire que tout va bien. Malheureusement la ville n’est pas ventilée. Et il faut dire aussi que malgré des blocages de véhicules, personne ne joue le jeu. La ville de Turin et la police ne sont pas présents pour contrôler que ces blocages soient respectés puisqu’ils n’y mettent aucun moyen. Très peu de moyens mise en place pour encourager les citoyens à prendre les transports en commun, réduire leurs émissions de CO2 et surtout prendre conscience que c’est pour le bien collectif. Bref, ça c’est la partie beaucoup moins jouasse de la vie ensoleillée à Turin. Autant vous dire que lorsqu’il pleut, nous sommes presque heureuses ! Un sentiment que nous ne connaissions pas avant. 

Ces petits moments éphémères


Sur cette note un peu moins joyeuse, revenons à ce qui nous redonne le moral en automne, qui nous met du baume au cœur en hiver, qui nous donne le sourire au printemps et qui nous réchauffe bien trop en été : la joie de côtoyer le soleil quasi au quotidien. On ne s’en rend pas compte tout de suite de ce petit plus dans notre vie et c’est lorsque l’on va passer du temps plus au nord, là où il fait plus souvent gris, qu’on se rend compte que quelque chose nous manque : le soleil. Voilà donc le sujet de cet article, qui, oui, paraît banal mais si on a décidé d’y consacrer un article, c’est bien que pour nous, ligériennes, ça ne l’est finalement pas tant que ça. 

Histoires Expatriées blogueuse italie

Le Rendez-Vous des Histoires Expatriées est un rendez-vous mensuel où chaque blogueur lance un thème qu’il souhaiterait aborder en lien avec son pays d’adoption et/ou son expérience expatriée. Chaque blogueur est libre de participer et d’écrire sur les thèmes qu’il souhaite et cela donne de beaux récits. En ce mois de février, nous sommes les marraines et nous avons proposé : la joie. Si nous, nous avons choisi de parler du soleil et du beau temps, le thème est en réalité peut être traité de n’importe quelle manière et chacun l’interprète comme il l’entend. Pour avoir un aperçu des autres récits, découvrez les articles des autres blogueurs vivant à l’étranger. Ils ont pris leur plus belle plume pour rédiger à ce sujet :
– Alexienne au Royaume-Uni
– Angélique au Sénégal
– Barbara en Espagne
– Barbara au Québec
– Catherine en Allemagne
– Émilie en Égypte
– Isabelle à Montréal
– Karine et Nicolas à Hong Kong
– Morgane en Espagne
– Perrine au Canada mais qui évoque la joie pour toutes ses destinations

Ciccia&Cerva - Auteur

Vous aimerez aussi

Comments ( 22 )

  • Aurore Bernard

    Ça, c’était avant… Il n’y a pas si longtemps, un mois tout juste à peine, mais ça paraît déjà si loin…
    Espérons de retrouver au plus vite cette joie que nous avons de vivre sous le soleil de notre pays d’adoption. Et l’insouciance du quotidien qui seule peut permettre à ses autrices (italianisme, et je le revendique!) de se faire les artisans d’un bel article comme celui-ci. Bravo les filles! 💚🤍❤️

  • Anaïs

    Un article entièrement axé sur la joie.. Ça fait plaisir !! 😊

    Vous vivez avec le soleil comme deux jolis tournesols 😊

    Je n’aurais jamais pensé que le décalage du lever et coucher de soleil aurait été si fort entre la France et l’Italie !

    Bonne journée les filles 😊

    • Ciccia&Cerva

      Le décalage horaire est remarquable entre l’Italie et l’ouest de la France, si on compare avec Nice par exemple, c’est déjà moins flagrant. Quand on vivait à Marseille, on avait déjà remarqué une sacrée différence en hiver sur le lever du jour!
      J’aime beaucoup cette comparaison aux tournesols 🙂 Et merci pour tes commentaires, ça nous fait très plaisir!

  • Isa

    Ces couchers de soleil sont effectivement complètement fous ! Et je fais l’impasse psychologique sur la pollution qui va avec (arf)… J’ai hâte de visiter Turin. Je suis lyonnaise et ne l’est toujours pas fait, c’est la honte…

    • Ciccia&Cerva

      Avec la chaîne des Alpes, on assiste à des spectacles magnifiques ! Si tu n’es jamais venue, on te conseille de prévoir un petit weekend dans la capitale piémontaise 🙂

  • alexia

    l’Italie est un superbe pays… je vie à la frontière france Italie, et dès que je peux j’y passe un week end 😉

  • Pingback:Histoires Expatriées : La Joie | Pensees voyageuses

  • Pingback:Ma vie d'expatriée #12 : Y'a d'la joie. - La vie en mo(ts).

  • Alexienne

    Ah la soleil… C’est vrai que tout est plus joyeux au soleil! Clairement pas ce qui me fait rester sur Londres ^^ On a 4 gros mois d’hiver gris… Par contre le reste de l’année est bien plus ensoleillé qu’on pourrait le penser ! Et en plus en été, le soleil brille jusqu’à 22h !

    • Ciccia&Cerva

      Ciao! Oui mais au moins sous la pluie tu peux chanter la célèbre chanson « I’m singing in the rain » tout en dansant sur un lampadaire, ce qui vaut tous les rayons de soleil d’hiver en Italie 😉

    • Ciccia&Cerva

      Merci ! elle n’est pas de tout repos mais le soleil a le mérite de nous recharger les batteries pour affronter la dolce vita turinoise pas toujours dolce 🙂

  • Maëlys

    Coucou, j’ai bien aimé votre article et c’est vrai que le soleil est une composante très importante de nos journées… qu’on remarque souvent quand il n’est pas là ! Je suis également originaire des PDLL et j’ai vécu à Berlin, près de Vienne et en Slovaquie. Les hivers là-bas ont été de sacrées épreuves. Le soleil qui se couche en début d’après-midi, c’est très dur pour le moral ! Heureusement, les marchés de Noël aident de tenir le coup ;). Buona giornata 🙂

    • Ciccia&Cerva

      Ciao ! PDLL, en ce dimanche soir j’ai mis quelques secondes à déchiffrer, j’ai bien ris (Laura). Tu es de quel coin du coup ? Ah oui les hivers doivent être bien plus rudes là-bas ! Le vin chaud des marchés de Noël aide à résister au froid tu dis ? 🙂

  • 3 kleine grenouilles

    Je comprends mieux pourquoi j’ai eu du mal à trouver l’inspiration sur ce thème… L’hiver est nuageux et pluvieux à Hambourg. 😉 En plus, en décembre, il fait nuit noire à 16h30…
    Il y a deux ans, nous avons passé le premier de l’An à Nice et c’était un tel plaisir de voir le soleil toute la journée.
    Profitez bien du soleil !

    • Ciccia&Cerva

      Aha, disons que l’hiver à Hambourg permet de découvrir de nouvelles nuances de gris alors ! (sans jeu de mots) 😉 16h30 ça doit faire vraiment bizarre les premières fois ! On t’envoie un petit colis de soleil ? Nice au premier de l’an doit être si douce !

  • Pingback:#HistoiresExpatriées: la joie (hypocrisie à l'anglaise) - Le vent en poulpe Le vent en poulpe

  • Pingback:La joie à l'allemande - 3 kleine grenouilles

  • Delphine

    Voir les photos de coucher de soleil sur la ville me met en joie alors que je lis cet article en direct depuis le train vers… Turin ! Très hâte d’arriver pour découvrir tout cela !

    • Ciccia&Cerva

      On espère que tu as pu en voir ce weekend avant que la grisaille ne reprenne le dessus ! A bientôt à Turin 😉

  • Ange 😇 & Like 😎 😃

    Votre article tombe sous le sens et n’est pas si banal que ça 😉 : ce sont souvent les choses les plus simples qui nous rendent joyeux. Comme le chante un célèbre gros ours se grattant frénétiquement le dos contre un palmier au fin fond de la jungle indienne : « il en faut peu pour être heureux, vraiment très peu pour être heureux, il faut se satisfaire du nécessaire, oh oui !  »

    Et sinon, merci pour la référence à Charles Trenet, je vais avoir sa chanson en boucle dans la tête tout le week-end 🙂 !!!

    • Ciccia&Cerva

      On fait un échange de bons procédés alors ! Chacune se met une chanson en tête 😉 Mais effectivement, cette référence de Baloo tombe à pic, il a tellement raison ce gros nounours. Il faut dire que la possibilité de manger une bonne glace au soleil à n’importe quelle période de l’année aide bien aussi.

Commenter l'article

Previous Next
Close
Test Caption
Test Description goes like this