Avr 26, 2018

Les clichés italiens décryptés, c’est par ici !

MYTHES ET LEGENDES_Les clichés ont la vie dure !

Les clichés italiens sont-ils réellement fondés ? Par Jupiter, nous voici au départ d’une véritable Odyssée ! Qu’Homer nous guide afin d’arriver à bon port. Nous allons braver les tempêtes et tenter de vous répondre sans déclencher un tsunami de revendications, voici venu le temps des C…lichés ! Pas le cliché la photo non, ce qu’on appelle communément ici les « lieux communs ». Italie, pays monothéiste vous pensiez ? Que nenni ! l’Italien vénère de nombreux dieux et on vous le prouve maintenant !

Au sommaire :

  • Les italiens « mammoni » ?
  • Le football comme religion ?
  • Les italiens matcho ?
  • Pâtes et pizza à toutes les sauces ?
  • Le café demi dieu italien ?
  • Le bidet ?
  • La gesticulation partout, tout le temps ?
  • La mafia ?
  • Les prénoms finissent en O et en A ?

MAMMA MIA ! nonna et mammoni

La mamma, mur porteur de la famille. VRAI. Ces italiens qui restent aussi proche de la mamma, c’est ce qu’on appelle ici les mammoni. Car oui, ils sont bien conscients de l’existence de ce phénomène et lui ont donc donné un mot. La mamma est omniprésente dans la vie de ses enfants, pour le meilleur et pour le pire. Son pouvoir est bien plus grand que vous ne l’imaginez. Zeus à côté c’est un chaton. La plupart des coups de téléphone reçus en Italie proviennent ou sont à destination de la mamma. En générale, c’est juste pour s’assurer que leur progéniture se porte bien (ce à tout âge).
Les italiens vivent chez leurs parents jusqu’à 30 ans : FAUX, bien plus longtemps parfois ! Et oui, ce cliché est vrai et archi vrai, ils se défendront en disant qu’ils sont encore à l’université ou bien pour des raisons financières mais nous pensons qu’ils aiment vraiment se faire dorloter a casa 😉 Nous vous avouons que sur ce coup, nous ne les comprenons pas. (Nous voudrions souligner qu’il y a des exceptions à la règle, évidemment). Il y a certes un manque de service public, d’aides de l’Etat, mais c’est surtout une tradition familiale ancrée qui les font rester aussi longtemps chez papa maman.
Si tous ne sont pas comme ça, on en rencontre beaucoup qui n’arrivent pas à se détacher du noyau familial. Indépendants financièrement, travail et une vie affective qui semblent stables, et pourtant, ils restent chez leurs parents. La grande majorité concerne étonnement la gente masculine (vraiment étonnant).

Le foot « Les paroles s’envolent mais les coups de boules restent »

Vrai archi vrai. Le foot est une chose sérieuse ici, on ne rigole pas, c’est une vraie religion. Déjà ici on ne dit pas football mais « calcio » (et après on nous dit que nous français on traduit tout #ordinateurvscomputer). Littéralement on le traduit par « coup de pieds », pas coup de boule ok ? Oui parce que Zidane il a tapé, on en entend encore parler. Ici tiffare (la traduction étant « supporter une équipe ») est un art de vivre. Il est assez rare de trouver un italien qui ne supporte pas l’équipe de sa ville. On commence donc souvent une soirée, soit avec la télé en fond, soit dans un pub pour pouvoir suivre le match. On ne se doutait pas qu’il y avait autant de « coupe de quelque chose » toute l’année. C’est LE sport national. Ils seront fiers à la limite de leur équipe de volley, le rugby arrive un peu sur le devant de la scène depuis ces dernières années mais alors le handball, oubliez, c’est inexistant. Bon, on vous l’avoue, on s’y prendrait presque au jeu parfois, surtout depuis qu’ils ont été éliminés de la coupe du monde (gnihahaha, petit rire maléfique). Sans pour autant parler du niveau national, nous vivons dans la ville emblématique du football italien, celle qui abrite l’équipe des noirs et blancs : la Juventus et son champion de gardien de but, Gigi Buffon, alors ce n’est pas la classe ça ? (Sinon vive les Herbiers ET Angers SCO !)

Les italiens : macho, tchatcheurs et séducteurs ?

Les italiens sont machos. Alors, avant de répondre, voyons ensemble la définition du mot macho (oui on met des gants, la diplomatie ça s’appelle) : Idéologie fondée sur l’idée que l’homme domine socialement la femme et qu’il faut, en tout, faire primer de supposées vertus viriles ; comportement conforme à cette idéologie. (Source : dictionnaire Larousse)

Aaah ces italiens et ce côté matcho qui leurs colle à la peau. De prime abord nous les condamnons bien vite. « Attentions aux généralisations excessives, tous les hommes italiens ne sont pas machos. Beaucoup sont vraiment galants et attentifs aux femmes. Ils tiennent plus de portes et offrent plus de fleurs aux femmes que dans bien des pays ». En fait, ce sont des séducteurs invétérés dans la plupart des cas. Nos réactions sont tous simplement différentes et il nous arrive de passer pour des personnes rudes ou de froisser la gente masculine italienne en adoptant notre attitude à la française. C’est parfois TROP pour nous lorsqu’ils insistent pour passer après nous ou pour tout payer. C’est même parfois à la limite de l’absurde lorsqu’il serait plus logique qu’eux passent en premier et que la situation les oblige à se contorsionner pour tenir la porte. Plus généralement cela nous gêne nous car cela nous prive de pouvoir montrer notre indépendance, (un petit côté réactionnaire visant à prouver l’émancipation de la femme ?). Rassurez-vous, on accepte aussi de se faire inviter, et on ne critiquera jamais la galanterie.

Ce cliché du machisme italien semble donc surtout perdurer à l’étranger à cause d’un seul homme : Silvio Berlusconi, le machisme à l’état pur. C’est bien pourtant contre celui-ci que les femmes italiennes sont descendues dans la rue en 2011 lors de l’affaire Ruby. Berlusconi est le plus triste des représentants de ce sexisme et sa télévision misogyne ne fait que renforcer cette image.
En France nous nous scandalisons pour tout, mais au vu des chiffres, que ce soit niveau salaire et parité, nous en sommes souvent au même point. En fait plus que du machisme, c’est un patriarcat familial fort qui domine ici en Italie et un féminisme qui n’élève malheureusement pas assez la voix.

Conclusion : Vrai et faux, ça dépend surtout des individus que l’on rencontre, comme en France.

La pasta et la pizza à toutes les sauces !

Les italiens ne mangent que des pâtes et des pizzas : VRAI !
D’une manière générale ils ont besoin d’une base « féculents ». Il faut dire qu’ils ont le choix, quand nous avons un petit demi-rayon de pâtes au supermarché, eux en ont deux énormes. Là où nous nous contentons en France de manger des pâtes blanches quand il n’y a rien d’autres à manger le dimanche soir, eux en ont fait un vrai plat. Et on vous passe tous les types de pâtes qu’il peut exister, spaghetti (pas de s, un spaghetto, des spaghetti), tortellini, pâtes remplies type ravioli, pâtes fraîches, gnocchi, lasagne… Chaque région a sa spécialité et surtout chaque région a sa sauce pour accompagner. Pasta alla Carbonara(avec les œufs mi raccomando), pasta al ragù, pasta al pesto, pasta all’amatriciana, pasta beurre et sauge, pasta aux fruits de mer, pasta à tout ce que tu veux, sauf au ketchup (SACRILEGE !). En veux-tu par ci, en veux-tu par là. Ils mettent même des pâtes dans la soupe, le fameux minestrone.
Mais attendez, quand y’en n’a plus y’en a encore, basta les pâtes ? On vous propose du riz ! Et là ça recommence, Risotto ai porcini, risotto aux asperges, risotto aux artichaux…

Quant à la pizza, c’est l’équivalent de la galette chez nous, tu rajoutes ce que tu veux dessus (oui bon la comparaison est excessive). La pizza Margherita a marqué le début de l’envol de la pizza, c’est la pizza de base. On va survoler la foccacia, impossible à expliquer pour qui ne l’a jamais goûtée, une sorte de pizza pas pizza, une fouace ou fougasse dirons-nous. Et puis il y a la pizza fritta, la pinsa, la calzone, la pizza… Vous l’aurez compris, la pasta et la pizza sont indispensables à la vie d’un italien lambda. Une journée sans pasta c’est une journée qui ne va pas.
Mais on vous rassure, ils se nourrissent aussi de viandes (sur laquelle ils mettent du citron), de poissons, de légumes et d’autres féculents (quand y’en n’a plus y’en a encore).
Un jour un italien nous a confié « je ne pourrais pas me passer d’un bon plat de pâte pendant plus de trois jours d’affilé ». C’est un peu comme si on nous privait de beurre en fait… A méditer.

Le café, le demi-dieu italien

Les italiens ne jurent que par le café. VRAI. Le café c’est Hercule en Italie, fort comme un dieu. Hors de question pour eux de boire plus de 10 mm de café, un concentré d’arôme dans une micro gorgée. Ici le café al banco (au comptoir) fait loi, en 2 secondes il est ingurgité, en 2 secondes nous sommes prêts à affronter la journée, courir le marathon, se qualifier pour le JO… OUI il est fort. Plus on va dans le sud et plus il s’assimile à un tord-boyaux. Alors à la maison ils n’ont pas tous une machine à expresso, non non, ils ont ce moka, la terreur de l’estomac français. Manger du piment ou boire un café moka c’est à peu près équivalent pour nous. REFUSEZ donc poliment tout café provenant de cette machine étrange, sous peine de courir aux toilettes dans la seconde qui s’en suit. Après comme toute spécialité italienne qui se doit, le café se dérive à l’infini : cappuccio, cappuccino, mokaccino, marocchino, espresso, ristretto, caffè macchiato caldo, caffè macchiato freddo, caffè latte, bicerin… Promis on vous expliquera en détail toute la subtilité des différences. Une astuce pour vous qui voulez un café long, demandez un « americano », oui un américain ( promis c’est un café) , sinon même leur caffè lungo vous paraîtra espresso. Ne vous étonnez pas s’ils vous dévisagent et disent quelque chose d’incompréhensible quand vous le demanderez, notre café c’est pire que du jus de chaussette pour eux. Ne vous avisez jamais de leur dire ce qu’on en a fait avec la chicoré ! Autant en temps de guerre mettre de la poudre de noisette dans le chocolat ça a donné quelque chose de bon, autant l’ersatz de café type Ricoré c’est raté ! Pour être honnêtes, sur ce terrain ils sont bien meilleurs que nous.

Le bidet ou « De l’art et de la manière d’aborder l’intimité du post cacum avec nos nouveaux amis »

Aaah, la légende du bidet ! Elle est vraie et même archi présente dans les mœurs italiennes. Vous ne trouverez pas une maison ou un appartement en Italie sans ce fameux lavabo bas en forme de toilettes. Alors tout d’abord clarifions les choses : Non ce n’est pas un lavabo pour enfants et non le bidet ne sert pas à se laver les pieds ni même à faire office de baignoire pour le chat. Quoi ? Mais ça sert à quoi alors ? La réponse est toute simple, se laver les fesses après le passage aux toilettes. S’en servent-ils vraiment ? La réponse est OUI. Ils ne supportent pas l’idée de ne pas pouvoir se laver le popotin après la grosse commission. Est-ce mieux, est-ce moins bien ? C’est un usage différent et tout simplement inexplicable pour les deux parties. Ceci-dit, attention à la petite serviette accrochée entre le lavabo et le bidet ! Warning ! Warning ! Ne vous essuyez pas les mains dessus, on vous aura prévenus !
De gustibus e bidetus non disputandum. Les goûts et les bidets ça ne se discutent pas

La gesticulation : action de gesticuler, gestes excessifs

Les italiens parlent avec les mains : VRAI. On n’a pas grand-chose à ajouter, les gestes ont une signification voire même, remplacent la parole. Qui ne connait pas LE geste italien de base avec les mains en forme de pince de crabe ? Au début, ça peut surprendre ! Parfois, ils finissent leurs phrases par des gestes… Moment de flottement quand on ne sait pas encore décrypter ce langage des signes. Pas besoin de la pierre de rosette ni de Champollion pour les déchiffrer, ça vient avec le temps et le contexte. A la différence du langage des signes classique dont nous avions l’habitude, celui-ci va s’accompagner de phrases hurlées. Car, l’Italien ne parle pas, non, il hurle. Un problème d’oreille interne sans doute (on taquine). Alors ils ne communiquent pas tous à la Pavarotti mais disons qu’ils parlent plus fort que la moyenne, et dans le bus, mieux vaut s’y préparer !

La mafia

« Don Corleone, le parrain, Gomorra, ce ne sont que des mythes, ça n’existe que dans les films ». Faux. Oui la mafia existe et elle est belle et bien présente dans ce pays. Bon on ne la place pas sur le podium des dieux même si l’influence qu’elle a sur ce pays est malheureusement bien réelle.
Sans aller jusqu’à la pègre, on voit encore ici des choses pas très net et beaucoup moins fréquentes en France. Réduction sur des réparations de voiture, location appartement si paiement en espèce, négocier avec où sans la TVA…

Les prénoms masculins finissent par O et les prénoms féminins finissent pas A

C’est tout de même assez vrai… Jugez par vous-même : Francesca, Maria, Giulia, Roberta, Lucia, Luisella, Margherita, Federica (…) Francesco, Marco, Lorenzo, Stefano, Antonio, Vittorio, Andrea … Ah ? Andrea pour un garçon ? Ok on exagère (enfin pas trop), parfois la lettre finale change ! Et oui, Andrea c’est un prénom d’homme ici ! Bon on doit aussi admettre que leurs prénoms double ont quand même beaucoup plus de classe : Gianpaolo et Gianluca ça sonne beaucoup mieux que Jean-Paul et Jean-Luc non?

Voilà, il y a en a encore bien d’autres, mais on ne peut pas faire que de les critiquer, après on va se faire expulser ! Trêve de plaisanterie, on se moque mais c’est de bonne guerre, ils adorent en faire autant avec nous. Mais sachez surtout que leur sport national, outre le calcio, c’est surtout de se moquer les uns des autres dans leur propre pays en fonction de si ils viennent du Nord ou du Sud. Et oui, nous vivons dans un double pays, une Italie bipolaire en somme.

N’hésitez pas à partager avec nous vos clichés en ce qui concerne les italiens !

Ciccia&Cerva - Auteur

Vous aimerez aussi

Commenter l'article

Previous Next
Close
Test Caption
Test Description goes like this